10 – La Dynamique du Cœur

Il y a quelques années, parler de cœur semblait une gageure pour certains dirigeants : pas d’état d’âme dans le monde du travail; et pourtant… Mettre du cœur au travail est plus qu’essentiel aujourd’hui, même si c’est loin d’être évident, plus particulièrement dans le monde de l’entreprise.

Mais qu’entend-on par ‘dynamique du cœur’? Et comment peut-elle bien nous mettre en mouvement?

 

Aujourd’hui, avec l’arrivée dans l’entreprise des générations Y et Z, nous prenons conscience que c’est la qualité relationnelle et la bienveillance qui feront toute la différence : deux qualités directement issues du cœur.

Nous le retrouvons d’ailleurs à travers beaucoup d’expressions quotidiennes : « Il y a mis tout son cœur », « Mettre du cœur à l’ouvrage », « Cette équipe joue avec son cœur », etc.

Car c’est un fait : le cœur influence nos pensées. Il garde notre propre organisation en vie, pompant le sang à travers presque 160.000 kilomètres d’artères, veines et capillaires, et apportant des substances nutritives à chaque cellule et fibre de notre corps.

Il est considéré comme un deuxième cerveau constitué de 40.000 neurones. Les recherches du HearthMath Institute ont démontré que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, avec un réseau complexe de neurotransmetteurs.

Le cœur envoie davantage d’information au cerveau qu’il n’en reçoit, et il est l’unique organe du corps doté de cette propriété ; il peut aussi inhiber ou activer des parties déterminées du cerveau selon les circonstances. Cela signifie-t-il que le cœur peut influencer notre manière de penser ? Il peut influer sur notre perception de la réalité, et de ce fait sur nos réactions.

Ceci nous invite à nous pencher sur l’impact d’un cœur ouvert et d’un cœur fermé.

Un cœur fermé induit un état d’esprit plus critique. Nous créons une distance dans notre communication, et notre interlocuteur – notre collaborateur, notre client ou le membre de notre famille – peut sentir un manque d’attention de notre part, une forme de non-compréhension de ses problèmes.

Un cœur ouvert apporte une plus grande empathie, une meilleure compréhension de l’autre et de ses difficultés. Nous générons une motivation qui se propage autour de nous dans la joie et l’enthousiasme. Nous sommes plus présents donc plus lucides, et nous sommes aussi portés par une forme de courage. Comme dirait Jacques Cœur : « à cœur vaillant rien d’impossible ».

Dès lors, comment faire en sorte que notre intention parte du cœur et nous rende ainsi plus efficaces pour notre bien-être et celui des autres ?

En fait, nous pouvons considérer qu’il y a deux formes d’intention, en lien avec les deux états du cœur : l’intention de la peur ou l’intention du cœur ; autrement dit, la défensive et la fermeture ou l’ouverture et la réceptivité.

Face à toute situation, nous avons 2/10e de seconde pour choisir notre façon de réagir. La dynamique de peur nous entraine dans des comportements défensifs contagieux qui ne font qu’altérer les relations et la qualité de l’information, quand la dynamique de cœur nous pousse naturellement à nous mettre à l’écoute de l’autre et de soi et à poser les bonnes questions pour clarifier et résoudre toute situation.

Nos meilleures intentions sont guidées par le cœur.

À nous d’être attentifs afin de choisir les intentions qui viennent du cœur ! Nous demeurerons ainsi dans un état d’être qui ouvre un espace psychologique de réceptivité.

Si nous choisissons de rester conscients de notre intention avant chaque conversation, réunion ou entretien, nous allons sentir si elle est guidée par la peur ou le cœur. Nous serons alors plus lucides sur la dynamique que nous mobiliserons en nous et pourrons facilement déterminer si elle est constructive et bienveillante, ou défensive et dans le jugement.

Une intention qui vient du cœur est au service du lien avec l’autre, du lien avec soi… et donc du bien-être de chacun.

Voici ce que nous avions envie de résumer sur la dynamique du cœur.

Et vous, qu’en pensez-vous? Comment évaluez-vous par exemple la dynamique dans laquelle vous étiez lors de votre dernière conversation, et comment d’après vous pour favoriser la dynamique de cœur?

Merci de nous l’écrire dans les commentaires ci-dessous, nous nous ferons un plaisir de vous répondre !

 

Au grand plaisir de la suite !

Samy Kallel et Olivier Masselot

7 Comments

  • Azzedine

    Reply Reply 20 décembre 2017

    Bonjour Olivier, c’est toujours avec un réel plaisir que j’accède à tes écrits singuliers,toujours profonds et utiles qui ont justement la propriété d’ouvrir nos cœurs troublés en quête de sens et de salut
    A mon avis, le plus grand écueil à l’ouverture du cœur demeure la tyrannie de nos habitudes et le règne de l’ inconscient, ce qui nous rend myope face aux autres, incapable de discernement et réagissant systématiquement sur la base de jugements et de clichés. Cette posture figée nous prive malheureusement de la découverte de l’autre et de son admirable authenticité

    • omasselot

      Reply Reply 21 décembre 2017

      Merci Azzedine 😉 et la bonne nouvelle, c’est que nous pouvons changer nos habitudes et mettre à jour notre inconscient pour changer tout cela 😉 Belle journée et bonnes fêtes ! 😉

  • Fabienne

    Reply Reply 20 décembre 2017

    Bonsoir,
    Ainsi que vous nous y enjoignez, je me permets de vous laisser un mot concernant le sujet que vous abordez, sur la dynamique du coeur. Pour tout vous dire cela me « parle ». Les périodes où je vais mal sont les périodes où je me ferme, assez inconsciemment au début, prise dans le tourbillon de ma vie et de mon quotidien, je deviens distante à moi-même et à mes proches, j’ai la tête dans le guidon, et fonctionne comme un petit robot qui accompli ses taches du quotidien sans y prendre le moindre plaisir. Mon coeur se « ferme », je deviens comme absente de moi-même et dure avec mes proches, et j’en souffre (en général c’est là que les périodes sont difficiles, que toutes les portes se ferment, ou qu’on se retrouve deux fois aux urgences en deux mois…) Lorsque je m’en aperçois et procède à un réajustement, je me rapproche à nouveau de moi-même, ouvre mon coeur et me considère avec bienveillance, je deviens alors à nouveau aimable et bienveillante dans chaque situation, et à nouveau je peux accueillir chaque être, chaque sourire, chaque opportunité, sentir si je suis sur mon chemin, ou si je m’en éloigne. La douceur m’envahit alors à nouveau. Je peux à nouveau communiquer avec mon être intérieur. Et pouvoir espérer entrevoir un jour un bonheur durable. Ou plutôt devrais-je dire un état de joie intérieure suffisamment stable pour pouvoir rire plus souvent.
    MERCI pour tous vos partages,
    Bien à vous,
    Fabienne P.

    • omasselot

      Reply Reply 20 décembre 2017

      Merci Fabienne pour cette belle illustration de la dynamique du coeur, et pour la constatation que vous faites que dans ces moments-là, les portes se ferment… qui a parlé de hasard??? 😉 Belle continuation !

      • Fabienne

        Reply Reply 20 décembre 2017

        Merci 🙂

  • Ann

    Reply Reply 20 décembre 2017

    J’aime beaucoup cet article; c’est vrai que longtemps, le cœur a pu être tabou mais grâce à des personnes comme vous, ce concept s’étend et prend tous son sens dans un monde dicté par la rentabilité… Merci !

    • omasselot

      Reply Reply 20 décembre 2017

      Merci Ann 😉 Soyons ensemble les diffuseurs d’une nouvelle approche basée essentiellement sur l’humain ! 😉

Leave A Response

* Denotes Required Field